Marseille : capitale du cliché ?

Depuis quelques années, Marseille fait face à de nombreuses rumeurs. Entre faits divers et émissions « bourrage de crâne » diffusées régulièrement, la ville parvient difficilement à se défaire d’une image cliché. Mais au fond, cette ville quelle est-elle ? Mosaïque dresse pour vous un portrait réaliste de l’antique Marseille.

Fondée en 660 avant J.C, par des voyageurs grecs, Marseille, (Massilia ou Phocée à l’époque), est la doyenne des villes de France. En 2000, la cité fête ses 2600 ans d’histoire et revient sur ses racines, ainsi que tout le mythe gravitant autour. Car qui dit Grèce antique dit mythologie. Marseille possède son propre mythe fondateur. Selon la légende, la ville se constitue autour d’un mariage. Celui de Gyptis, princesse locale, et Protis, marin natif de Phocée. En symbole de l’union de deux personnes d’origines différentes, la ville de Marseille devient, et son identité perdure.

Vieux port – Marseille (Crédits : Azzifar Aboudou)

 

Une identité profondément ancrée.

La ville portuaire est depuis des siècles en proie à une forte immigration, et à un mélange de cultures conséquent. Elle tire de ces atouts une identité forte et marquante.
Comme toute ville portuaire, Marseille constitue une plaque tournante, un carrefour de la région qui l’abrite. Les bateaux passent et s’en vont. Les voyageurs visitent et s’en aillent. Les marseillais voient et s’installent. Français, grecs, italiens, portugais, algériens, marocains, tunisiens, sénégalais, comoriens, espagnols, arméniens… Ce sont toutes ces personnes qui composent aujourd’hui une population portée au nombre de 850 000 habitants. Beaucoup de coutumes, et de traditions constituent aujourd’hui la culture marseillaise. Faites donc un tour dans le 16ème arrondissement en période de ramadan. Visitez le 8ème en période de fêtes juives. Participez aux marches chrétiennes à travers la ville en période de Pâques. Bref, c’est dans cette ville que vous pourrez trouver tout le monde.

L’autre facette de cette identité, subsiste à travers les livres et films de l’illustre Marcel Pagnol. L’enfant des Chartreux a, de par ses œuvres, grandement contribué à l’image positive de la ville provençale. Plongez-vous dans la trilogie marseillaise avec Marius, Fanny et César. Prenez un bain d’accent et d’air provençal devant la Gloire de mon père ou le Château de ma mère. C’est simplement en racontant son enfance, que le cinéaste a fourni quelques clés pour comprendre qui est le marseillais, et dans quel environnement il vit.

(Crédits photo : Azzifar Aboudou)
Cathédrale La Major

Entre faits divers, et expérience humaine.

Oui, il est vrai que tout ce qui vient d’être conté et raconté ne constitue pas intégralement l’entité marseillaise. La ville souffre de fortes inégalités. La dichotomie quartiers nord, quartiers sud est parfaitement représentative de cela. Alonzo du groupe Psy4 de la Rime disait « A Marseille, y’a le côté carte postale et le côté cramé. Y’a des mecs des quartiers nord qui n’ont jamais vu le Vieux Port, tellement que ça charbonne à la muerte. » dans le morceau « Jeunesse France. » Traduction, si les calanques, et le Vieux Port font réellement partie du décor de la ville aux seize arrondissements, d’autres quartiers sont complètement oubliés. Il faut savoir que dans ces quartiers, le taux de chômage et de suicide explosent des records. Signe d’une ville ayant encore beaucoup de problèmes à régler. Le trafic de drogue ou commerce parallèle, attire dans ses griffes de nombreux jeunes en manque de repères. En cause, une intégration avortée, un déficit d’enseignement, et surtout peu d’espoir dans une zone où peu s’en sortent. Tout n’est pas perdu néanmoins. Certains exemples montrent qu’il est possible, par voie artistique par exemple, de réussir sa vie et de devenir un exemple. Zinédine Zidane, l’enfant de La Castellane en est l’exemple le plus illustre. Shurik’n ou Akhenaton, membres du groupe IAM, reconnus dans la France entière, prouvent qu’avec travail et acharnement il est possible de surmonter de nombreux obstacles.

(Crédit : Azzifar Aboudou)
Tennis Ballon dans un quartier de Marseille

« Marseille n’est pas une grande ville. C’est un village de 800 000 habitants. » C’est cette citation d’un habitant quelconque de la ville qui résume parfaitement l’esprit marseillais. Car finalement, personne n’est réellement « quelconque » à Marseille. Beaucoup de monde se connaît, et la proximité humaine est une caractéristique propre à l’endroit. La page facebook Humans of Marseille récolte quelques témoignages sur la ville. La plupart venant d’habitants, mais parfois aussi de voyageurs. Cette anecdote par exemple est parfaitement représentative de la « Mentalida de Massilia. »

« Après mes études, je ne savais pas vraiment quel job je voulais faire, mais je voulais faire quelque chose d’utile.

J’ai donc lancé une association qui développe le concept du café suspendu : un client d’un café en paye 2, et le café supplémentaire est offert au prochain inconnu qui se présentera. L’idée est de mettre en place un système de solidarité et partage avec ceux dans le besoin.

Ça existe un peu partout, mais à Marseille, ça fonctionne différemment. Quand un des bars du réseau a lancé le concept, les habitués ont trouvé le concept marrant et le premier client a payé un café suspendu.
Mais le client suivant a demandé un café de suite après, et quand il a vu que c’était gratuit, il en a offert un à son tour au premier client pour le remercier. Ils ont fini par s’offrir plein de cafés entre eux et ont tchatché tout l’après -midi.
Aujourd’hui, il y a plus de gens qui en offrent que de gens qui en demandent, j’en profite pour en parler à toutes les personnes démunies que je croise.
Quand je vois le réconfort qu’une boisson chaude peut leur apporter, je me dis que pour rien au monde je ne changerais d’emploi »

Faites un tour au Stade Vélodrome un soir de match, et vous aurez un éventail du village et de ceux qui le composent.

Corniche Kennedy (Credits : Marseille Actu)

Diversité géographique

« Si Paris est la plus belle, Marseille est la plus jolie. » S’il est établi dans le monde que Paris est la plus belle ville du monde, il reste un groupe de personnes dans le sud de la France où la question fait débat. Paris et ses nombreux monuments font de la capitale, un magnifique concentré de culture et d’architectures. Si Marseille n’a pas le même patrimoine culturel que sa cousine du nord, la ville est habitée par une étonnante diversité géographique. Mer, collines, calanques. Il suffit de prendre deux bus pour passer d’un paysage à l’autre. La fameuse « Notre Dame de la Garde » perchée sur sa colline, offre une vue imprenable sur les Marseille. Car oui, il existe plusieurs Marseille. Faites un tour à l’Estaque dans les quartiers nord, et retrouvez un petit port, surplombé d’un village, et entouré de la plage. Partez vers l’est, et profitez des nombreuses collines et des longues étendues verdoyantes faisant le tour de la ville. Plus au sud, vous pourrez trouver les nombreuses plages. Marchez jusqu’au bout du monde, et vous tomberez sur les calanques, cet endroit paradisiaque inimaginable en débarquant à la gare St Charles. Descendez manger dans un restaurant du Vallon des Auffes, promenez vous aux Goudes… Les coins de la ville pourraient être cités par milliers. Marseille est un grand espace, qui en regroupe des centaines de petits. La ville au multiples villages comme on aime l’appeler.

Finalement Marseille est comme une carte aux trésors. Il suffit de la parcourir en long, en large, et en travers pour mieux la connaître. Mais on ne la connait jamais vraiment. Alors Fai Avans !

Loïc HEBBACHE

Publicités