Ces proches de François Hollande qui rejoignent Macron

C’était la peur du candidat d’En Marche! Des proches du président de la République le rejoignent ainsi que des membres du gouvernement comme Barbara Pompili, première du Gouvernement à rallier Emmanuel Macron.

Emmanuel Macron et François Hollande.
Image DR :Causeur

Il voulait s’affranchir du Parti Socialiste. Après avoir quitté le gouvernement avec fracas le 30 août, Emmanuel Macron voulait être « ni de droite, ni de gauche ».  Pourtant il avait expliqué au Parisien, qu’il était maoïste. Considéré par le président de la République comme son fils spirituel, il l’avait quitté et François Hollande ne lui aurait pas pardonné. Le candidat d’En Marche! redoutait alors « un baiser de la mort » qui serait le ralliement officiel du Président à sa candidature, l’associant ainsi à son bilan.

François Hollande n’a cessé, par l’intermédiaire de ses proches, de multiplier les appels du papier envers Emmanuel Macron. Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, le ralliera dans les jours qui viennent. Ségolène Royal, ministre de l’Ecologie, lui fait les yeux doux. Claude Bartolone, président de l’Assemblée Nationale, a confié qu’il voterait pour lui. Ce matin, la nouvelle est tombée. Barbara Pompili, secrétaire d’Etat à la biodiversité, est la première membre du gouvernement à rallier officiellement Emmanuel Macron. Bernard Poignant, conseiller spécial du Président et très proche de François Hollande, le rallie. Emmanuel Macron tente depuis quelques semaine de ne pas associer son image à celle du gouvernement. Il avait déjà refusé le ralliement de Manuel Valls, estimant qu’En Marche! « n’est pas une maison d’hôtes ».

François Fillon, ainsi que Marine Le Pen ou encore Jean-Luc Mélenchon tentent de faire passer Emmanuel Macron pour la continuité de politique de François Hollande. Celle-ci rejetée par les Français, et loin de sa doctrine de « ni droite, ni gauche » pourrait nuire au candidat qui pèse dans les sondages autant que Marine Le Pen.

Publicités