François Fillon mis en examen !

C’est maintenant officiel. François Fillon, candidat à l’élection présidentielle 2017, a été mis en examen, cet après midi, dans le cadre d’une enquête concernant notamment les emplois fictifs de sa femme et de ses enfants.

François Fillon ne renonce pas à l’élection présidentielle malgré sa mise en examen / Crédit Photo : Reuters

Une affaire judiciaire qui peut lui être plus que préjudiciable. Depuis quelques temps, François Fillon fait l’actualité contre son gré. Emplois fictifs, détournement de fonds… Ce qui le mène à être aujourd’hui mis en examen. Concrètement, il est poursuivi pour détournements de fonds publics, complicité et recel d’abus de biens sociaux et manquement aux obligations de déclaration à la Haute autorité sur la transparence de la vie publique.

« La mise en examen est intervenue ce (mardi) matin. L’audition a été avancée pour qu’elle se déroule dans des conditions de sérénité » a ajouté l’avocat de François Fillon, Me Antonin Levy.

Il avait beau espérer un quelconque miracle, le candidat de la droite et du centre savait pertinemment que ce n’était qu’une question de temps. Réaliste, il n’est pas surpris de cette mise en examen mais se dit plutôt soulagé.

Le 25 janvier, une enquête judiciaire a été ouverte par le Parquet national Financier, à la suite des premières révélations du Canard enchaîné. Un mois après, le PNF décide de confier le dossier à trois juges d’instruction. Ce sont eux qui ont mis en examen, cet après-midi, le candidat des Républicains.

Les accusations portent sur son épouse, Pénélope, qu’il aurait embauché comme assistante parlementaire de 1986 à 2013 avec quelques interruptions. Malheureusement, aucunes preuves ne viennent confirmer ces dires. Aucun mail n’a été signé en son nom, aucunes traces écrites ne pourraient donc jouer en leur faveur.

Mais ce n’est pas tout. L’enquête porte également sur les activités de sa femme pour La Revue des deux mondes. Elle aurait perçu environ 100 000 euros brut entre mai 2012 et décembre 2013. Ironie du sort, le propriétaire, Marc Ladreit de Lacharrière, est un proche du candidat des Républicains. Pénélope Fillon doit donc être entendue à son tour le 28 mars.

Elle n’est pas la seule. Les enfants du candidat sont aussi sous les feux des projecteurs. Ils auraient tout les deux reçu de fortes sommes d’argent de la part de leur père quand ils travaillaient en tant que collaborateurs. En signe de gratitude pour le loyer payé ou bien l’argent de poche donné, ils auraient reversé une partie de cette somme à leur père.

Candidature à la présidentielle maintenue

Un « calendrier » judiciaire « indexé sur le calendrier politique« . Voilà comment François Fillon qualifie cette période trouble de sa campagne présidentielle. Malgré cet acharnement médiatique, le gagnant de la primaire de la droite et du centre maintient toujours sa candidature et compte se battre pour défendre les valeurs de son parti. De toute manière, Alain Juppé a déclaré qu’il n’accepterai en aucuns cas pas d’être considéré comme un second choix. La question de remplacement ne se pose donc pas.

« Qui imagine le général de Gaulle mis en examen ? » Une question que François Fillon avait posé pendant la primaire de la droite et du centre mettant en avant son côté « clean » comparé à ses adversaires (Alain Juppé, Nicolas Sarkozy…). Son passé a, malheureusement, pris le dessus sur l’image qu’il voulait se donner. Et nombreux sont ceux qui ne veulent pas d’un président menteur. D’où les abandons dans ses soutiens tels que Bruno Lemaire ou encore Thierry Solère, son ex porte-parole. Cela entraîne aussi une baisse considérable dans les sondages. Lui qui était présenté comme un des favoris, avait toutes les cartes en mains pour accéder au second tour. Aujourd’hui ce n’est plus le cas. Effectivement, les sondages montrent bien un combat entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen pour le second tour.

Malgré tout, François Fillon garde la tête haute. Et rien ni personne ne pourra lui enlever sa volonté, sa combativité et son envie de devenir Président de la République Française.

Axelle Garcia-Davenne

Publicités