Football handisport: Portrait émouvant d’un gardien pas comme les autres…

Le handisport a été créé pour permettre aux personnes ayant un handicap physique ou sensoriel de pratiquer une activité physique. Parmi ces sports, on retrouve le football pour amputés. Les valeurs de respect, de fair-play, de solidarité et d’entre-aide y sont clamées hauts et forts. Rencontre avec Saliou Sall, gardien de l’équipe de France de football pour amputés. 

Saliou Sall, photo de Coeur Handisport
Saliou Sall, photo de Coeur Handisport. Sur cette photo, le handicap du gardien français est mis en évidence.

Une leçon de vie. Voilà en une phrase ce qu’a été notre rencontre avec Saliou Sall, 20 ans et déjà officiellement le portier de l’équipe de France de football pour amputés.

Ce jeune habitant de Cergy (95) et grand supporter du Paris Saint-Germain depuis sa tendre enfance, fait preuve d’une force et d’une détermination impressionnante. Né avec une malformation de la main droite, la paume de sa main s’est formée sans aboutir à la forme finale, il se retrouve donc sans doigts. Il est victime de ce qu’on appelle une agénésie de la main droite. Son frère jumeau quant à lui s’en est plutôt bien sorti malgré quelques problèmes de plaquettes étant plus petit, il se trouve aujourd’hui en bonne santé. D’origine sénégalaise et aîné d’une famille de quatre enfants, Saliou est un personnage souriant et agréable. Le sourire aux lèvres il reconnaît que d’avoir grandit avec cette malformation depuis la naissance, l’a poussé à s’adapter à toutes les circonstances possibles.

Du haut de ses 1m81, Saliou est depuis presque quatre ans dans les cages de l’équipe de France de football pour amputés. Participant de deux Coupes d’Europe ainsi que de la dernière Coupe du Monde au Mexique en 2014, il accompagne l’équipe nationale jusqu’en 8è de finale face à l’Ouzbékistan, une première pour les Bleus. Près de 3000 supporters étaient présents pour assister aux matches de football pour amputés de cette Coupe du Monde. Il nous confie ses plus beaux souvenirs jusqu’à présent.

«Mon plus beau souvenir reste le match face à la Pologne pendant la phase de groupe, où le commentateur a hurlé mon nom pendant tout le match à chaque arrêt que je réalisais. Un autre souvenir me vient en tête. C’était pendant la Coupe du Monde au Mexique en 2014, j’ai signé des autographes pour la première fois de ma vie aux gens dans la rue ou à la sortie des stades. C’était très bizarre, je suis passé du statut «d’inconnu au bataillon» à celui d’une personne connue. À mon retour en France, dans mon lycée certains élèves m’arrêtais dans les couloirs pour prendre des photos avec moi … »

Un statut bien mérité lorsque l’on voit les prestations de Saliou en équipe de France. Bien plus habile que certains gardiens de Ligue 1, il a su faire de cette différence notable, une vraie force.

« La chance on en a uniquement si on la provoque ! »

Les matches de football pour amputés se déroule différemment comme vous pouvez vous en douter. Les six joueurs de champs sur le terrain doivent avoir la particularité d’être amputés d’un membre inférieur. Quant aux gardiens, c’est l’inverse, ils doivent être amputés d’un membre supérieur. Dans le cas de Saliou, son agénésie est considérée comme une amputation. Le terrain est réduit de taille, il faut compter 16 mètres de moins de chaque côté afin de réduire la taille de celui-ci. Les joueurs de l’équipe peuvent s’entraîner individuellement au sein d’un club avec des valides, c’est d’ailleurs le cas de Saliou qui s’entraîne avec le FCM Vauréal (95) où il est aussi employé au poste de coordinateur technique. Il réalise quatre entraînements par semaine, deux sur le terrain de foot et deux en salle de sport. Sous les ordres de Jérôme Venzo en équipe de France, Saliou jouera une nouvelle Coupe d’Europe très prochainement à Istanbul en Turquie à partir du mois d’octobre prochain. Les matches seront par ailleurs à suivre sur Youtube en live ou sur la TV Turque. Son objectif est simple « Je veux jouer les Jeux Olympiques de Tokyo en 2020 ! »

Au sein des équipes de football pour amputés, les valeurs de respect, de solidarité et d’esprit d’équipe sont bien respectées. Saliou nous confie n’avoir jamais vu aucun dérapage sur le terrain. Chose remarquable étant donné que sur les pelouses où des joueurs valident s’affrontent, il est très fréquent de voir ces derniers s’emporter et ce, que ce soit entre eux ou même vis-à-vis de l’arbitre. Saliou du haut de ses 20 ans est déjà rempli de maturité et laisse un message fort aux personnes découragées par leur situation de handicap.

«Si j’ai un conseil à donner aux personnes en situation de handicap c’est de croire en ses rêves, que ce soit dans le football ou dans un autre domaine… Osez ! La chance on en a que si on la provoque. Autrement dit, on a rien sans rien.»

Saliou nous a offert une rencontre pleine d’humanité, de courage, de respect et de force. La rédaction souhaite donc le remercier pour son témoignage fort de sens ainsi que beaucoup de réussite au sein de ses projets professionnels. Le football est un sport encore plus beau lorsqu’on réalise que certaines personnes se battent pour pouvoir pratiquer leur passion. Ci-dessous vous retrouverez ce fameux match Pologne-France dont nous parlait Saliou qui l’a tant marqué. Ecoutez et admirez.

Nassima Driouach

Publicités