« Apple, c’est un mode de vie »

Malgré ses gros prix et ses quelques flops, la marque Apple continue de dominer le secteur high tech. Mac Book et iPhones sont en tête des ventes, malgré une étiquette de marque luxueuse. Comment Apple parvient-il à dominer le marché malgré ses prix ?

Jacques Chirac conseillait aux Français de manger des pommes, lors de l’élection présidentielle de 1995. Il ne pensait pas que nous serions autant à en consommer aujourd’hui. Apple, implantée depuis le début du XXIème siècle dans les ménages, a réussit à séduire une clientèle très large. Ordinateurs, téléphones, objets divers connectés, tout y passe. Et dans chaque domaine, le géant de la Silicon Valley est en bonne place.

« C’est ce qui marche le mieux, selon Jordan, 24 ans, étudiant en droit. Dans le cadre de mes études ou dans mon temps libre, mon Iphone et mon Mac sont très utiles. » Le jeune homme ne compare même pas les produits Apple avec ses concurrents. « Il y a un monde d’écart entre Apple et les autres. Surtout dans la téléphonie ».

Sur le marché des ordinateurs, le Mac s’est fait sa place. Les PC sont de plus en plus remplacés par les jouets de la pomme, plus performants, et plus pratiques pour le traitement de l’image et du son, notamment. Apple affirme une image «Pro » qui touche les professionnels, mais aussi le grand public.

Les iPhones ne souffrent d’aucune comparaison. Déjà parce que leur principal concurrent, Samsung, a ses propres problèmes. Ses téléphones explosifs ont provoqué une vague de mécontentement, propulsant encore plus Apple sur le devant de la scène téléphonique.

apple_store_photo_fesj
Des consommateurs attendant l’ouverture d’un Apple Store, le jour de la sortie de l’Iphone 7 (Crédit photo : Antoine Reichard)

Le monstre dans la cour d’enfant

Si la concurrence s’essouffle, Apple entend bien porter le coup de grâce. Pierre, 26 ans, vendeur dans un Apple Store parisien, n’hésite pas à vanter les mérites de l’Iphone : « C’est tout simplement au dessus. La qualité, la durée de vie, les fonctionnalités sont supérieures à n’importe quel autre smartphone. Même la batterie, dont on se moque beaucoup, est souvent plus longue que celles de nos concurrents. Notre force, c’est le coté communautaire. Apple, c’est plus qu’un téléphone ou un ordinateur, c’est un mode de vie. »

Pour lui, il n’y a aucun mal à mettre le prix pour de la qualité : « Le smartphone est l’objet qui nous suit le plus au quotidien. La force d’Apple, c’est d’avoir réussi un tel concept. C’est vrai que le téléphone est cher (Un iPhone 7 vaut aux alentours de 700 €, ndlr) mais il vaut le coup. C’est pour ça que malgré le prix, le téléphone marche si bien ».

Clara, commerçante dans un magasin de téléphonie parisien, est du même avis : «Les gens viennent la majorité du temps avec dans l’idée de repartir avec un Iphone. Parfois, ils s’en vont les mains, déçus par le prix. Mais dans la majorité des cas, ce n’est pas un obstacle. »

La vendeuse de 26 ans est convaincue qu’« à terme, il n’y aura presque plus que des iPhones sur le marché téléphonique. Les autres sont trop loin derrière. »

cook
Tim Cook, le PDG d’Apple, tenant un Iphone 6 qu’il avait lui-même reconnu comme étant trop cher. (Crédits : Konbini.com)

Le marché de l’occasion, publicitaire numéro 1

Sur 20 possesseurs d’iPhones interrogés, 14 avaient obtenu leur précieux compagnon d’occasion.

« J’aime beaucoup leurs téléphones, mais dans le commerce, ils sont trop chers. » regrette Mariam, étudiante de 21 ans.

Sur internet, les iPhones dernier cri sont plus abordables. Les jeunes, principaux propriétaires n’ont pas forcément les moyens de s’offrir un téléphone flambant neuf.

« C’est plutôt une bonne chose, affirme Pierre. Parce que l’occasion permet à des gens qui n’auraient pas forcément mis les pieds dans un Apple Store de découvrir la marque. Quand leur téléphone d’occasion ne marchera plus, dans la majorité des cas, ils en achèteront un autre, neuf. »

Pour autant, certains consommateurs ont pris le chemin inverse. En cause ? Majoritairement le prix. Elise, 32 ans et abonnée aux smartphones de la pomme croquée par le passé, a mis fin à cette relation. « C’est une blague. C’est beaucoup trop cher pour un téléphone. Aujourd’hui, on propose des gadgets, plus de téléphones. J’ai repris de vieux modèles que je gardais chez moi, c’est tout aussi bien ».

Claude, 35 ans et vendeur dans une compagnie de téléphone de Bordeaux, est lui aussi assez réservé sur le succès de l’iPhone : « Dans le magasin, c’est un des produits qui marche le mieux. Pour autant, on sait qu’Apple se fait une belle marge dessus. Sans parler de tout ce qu’il faut acheter avec. On est assez proche de l’escroquerie, et pourtant tout le monde se l’arrache. J’ai du mal à comprendre. La qualité ne mérite pas un prix aussi élevé, et il existe de très bons smartphones bien moins chers. »Un point de vue validé par ses collègues, acquiesçant la tête en signe de soutien.

S’il est aujourd’hui la star des portables, l’iPhone le doit à sa capacité à se démarquer de ses faibles concurrents. Pour autant, la mort programmée du marché de l’occasion et la baisse du pouvoir d’achat des ménages risque, à terme, de voir les gens ressortir leurs bon vieux 3310. De la pomme, il ne pourrait rester que le trognon.

Crédits Image à la une : Apple.com

Antoine REICHARD

Publicités