La La Land : au pays des records

Grand vainqueur de la dernière cérémonie des Golden Globes, la comédie musicale La La Land, du réalisateur Damien Chazelle, a reçu 14 nominations ce mardi par l’Académie des Oscars. Bien parti pour remporter plusieurs statuettes le 26 février prochain, le film pourrait bien rentrer dans l’histoire du septième art. Recette d’un succès. 

Le film de l’année ! Si La La Land ne sort que demain (25 janvier) en France, les premières critiques françaises parues s’accordent toutes pour user de leurs plus beaux superlatifs. Lauréat de 7 Golden Globes au début du mois, le long-métrage de Damien Chazelle a d’ores-et-déjà séduit le septième art. Et il ne compte pas s’arrêter là. Avec 14 nominations reçues ce mardi, la comédie musicale risque bien de tout rafler lors de la prochaine cérémonie des Oscars, le 26 février prochain. Cité à 14 reprises par L’Académie des Oscars, le film égale le record détenu par Eve et Titanic (rien que ça !). La comédie musicale inscrit avant même la cérémonie son nom au panthéon du cinéma. Et c’est mérité ! On vous explique pourquoi.

Le feel-good movie par excellence

Le mélange parfait ! Coloré, pétillant, énergique… La La Land est un véritable bol d’oxygène. Des images magnifiques, de la musique, de la danse, le film de Damien Chazelle vous en met plein les yeux et les oreilles. Le fruit de six année de tournage et de montage. Dès la première scène, le spectateur est mis au diapason. Parachuté au milieu d’un embouteillage, ce dernier est rapidement bousculé lorsque la route devient le théâtre d’un ballet virevoltant. Musique, danse, le spectateur est alors emporté dans un flux interrompu d’images à couper le souffler et de musiques entêtantes. Personne, y compris le microcosme hollywoodien, ne peut passer à côté de ce début de film en fanfare, tant La La Land apparaît comme un rayon de soleil au milieu de cet hiver glacial. Et encore les acteurs ne sont pas encore arrivé….

source

Un duo parfait

Une alchimie rare ! Emma Stone, fruit gorgé d’émotions comme à son habitude, donne ici la réplique à un Ryan Gosling, enfin sorti de son image de « beau gosse » qui se regarde jouer, et ça marche ! Déjà réunis en 2011 dans la comédie musicale Crazy, Stupid, Love, les deux acteurs étaient loin d’être des inconnus avant le tournage du film. Depuis, ils ne forment qu’un. En tout, ils ont travaillé pendant deux mois sur leurs chorégraphies. Ryan Gosling a même fait des heures supplémentaires, en apprenant le piano, spécialement pour le film. Mais au delà du travail, leur complicité, elle, est innée. Leurs piques, leur séduction, leurs désillusions, tout semble réel. Un couple est naît et il risque bien d’être le couple le plus bankable du septième art…

La bande annonce :

Paul Lauterbach

Publicités