La fin des cookies ?

Un projet de règlement de Bruxelles pourrait condamner les « cookies tiers », qui permettent aux utilisateurs de recevoir de la publicité ciblée. Dans le monde de la publicité, la menace est prise très au sérieux.

Les cookies sont peut être périmés. Alors que tout le monde commençait enfin à savoir qu’on ne parlait pas de gâteaux, ils vont probablement disparaître. Un projet de règlement de l’Union Européenne envisage de placer les « cookies tiers » au second plan.

Il existe deux types de cookies sur un site internet. Les premiers permettent à l’utilisateur de se connecter plus vite sur une page donnée, pour peu qu’il s’y soit déjà connecté par le passé. En somme, le site internet se rappelle de son visiteur. Les seconds, baptisés « cookies tiers », permettent d’identifier les habitudes de l’internaute, pour pouvoir mieux le cibler avec de la publicité par la suite. Si vous avez visité un site internet vendant des appareils photos, il est très probable que des publicités pour les dits appareils commencent à apparaître sur votre page Facebook par exemple.

Ce sont les deuxièmes qui sont ciblés par le projet de règlement de Bruxelles. Par défaut imposés à l’utilisateur, ce dernier devra dans le futur aller dans ses paramètres pour les autoriser. Et au vu de la guerre entre internautes et publicitaires depuis plusieurs années, cela reviendrait à la fin des cookies.

image
Source : cyberintelligence.in

« Il y a réguler et tuer »

Pour Corinne Denis, présidente du Geste et directrice du numérique de Lagardère Active, une tel projet condamnerait les cookies : « Il y a réguler et tuer. Entre la nécessité d’éduquer et d’informer et le résultat de mesures aussi contraignantes qui supprimeraient la possibilité de faire de la pub, il y a un équilibre à trouver », a-t-elle averti au Figaro.

La publicité 2.0 est en elle-même une véritable bataille entre les publicitaires qui tentent de maîtriser ce nouveau terrain, et les internautes, rêvant d’un monde sans publicité, loin de la télévision, définitivement dépassée. Pop-ups, cookies et publicités vidéos d’un coté, « bloqueurs » de pubs de l’autre. Tout les moyens sont bons pour imposer sa loi sur Internet, un univers jeune et encore peu régulé.

L’alternative aux cookies existent déjà. De nombreuses plateformes utilisent les identifiants de leurs membre pour collecter des informations, et s’en servir à des fins publicitaires. La guerre de la publicité est loin d’être terminée.

Antoine Lhermitte

Publicités