[ITW] Brigitte Gothière (L214): « Nous n’avons plus besoin de manger les animaux »

L214, vous en avez sans doute déjà entendu parler. Cette association se bat chaque jour pour faire changer les conditions de traitement des animaux utilisés dans la production alimentaire. Mais jusqu’où vont ses revendications ? Pourquoi et sur quel motif ? Entretien avec Brigitte Gothière, co-fondatrice de L214.

Wikipédia
Wikipédia

L‘association L214 créée en 2008 fait beaucoup parler d’elle en ce moment. Enquêtes, vidéos et photos, tous les moyens sont bons pour faire éclater la vérité sur le traitement des animaux utilisés dans la production alimentaire. Brigitte Gothière et Sebastien Arsac, fondateurs de L214 espèrent ainsi faire changer la société et réveiller les esprits. Et même si leurs révélations ne semblent pas avoir l’impact espéré, Brigtte Gothière garde espoir. Cette ex auvergnate longtemps isolée en tant que végan convainc de plus en plus de monde et ses messages ne cessent d’être partagés.

Pourquoi avoir crée L214 ?

Parce qu’aucune association ne traitait de ce sujet là et c’était aussi pour aller jusqu’au bout. Quand on dit qu’on défend le animaux et qu’on regarde honnêtement la situation, sachant que ce sont des êtres doués de sensibilité avec des émotions qui ont le désir de vivre, sachant que nutritionnellement on en a aucun besoin pour se nourrir , il est nécessaire de regarder notre alimentation avec un autre angle. Aujourd’hui consommer des produits d’origine animale, ça n’est pas une nécessité. On génère beaucoup de souffrance et de mises à mort pour faire ça alors qu’on peut faire autrement. Même les abattoirs dans les préambules de leur règlement reconnaissent que c’est  impossible aujourd’hui de tuer les animaux sans les faire souffrir. Et ce qui est grave c’est que ce sont des animaux viables, ce ne sont pas des animaux vieux atteints d’une maladie incurable ! La solution la plus simple c’est quand même de manger autre cause.

Que répondez-vous à ceux qui disent que c’est naturel de manger de la viande, que c’est même logique parce que nos ancêtres le faisaient?

Si nos ancêtres mangeaient de la viande, c’était par nécessité mais ils étaient toujours en évolution et aujourd’hui ce serait leur faire un honneur que d’arrêter de manger les animaux et d’aller vers un monde plus juste comme ils l’ont fait avec l’abolition de l’esclavage…

Le véganisme c’est la suite logique.

Vous êtes antispéciste, ça veut dire quoi exactement, que les animaux sont comme les humains ?

On sait très bien qu’on est très proche des animaux. Quand on voit par exemple, les animaux face à la mort, quand ils sont dans le couloir de la mort avec quelqu’un qui cherche à les exécuter, au nom de nos habitudes de consommation, on voit très bien qu’ils luttent pour leur vie de la même façon qu’on le ferait nous. On voit la peur dans leurs yeux, on voit le stress, on voit la lutte. Il y a des différences de degré entre les animaux et nous mais il y a surtout des similitudes.

Ce que vous proposez c’est le véganisme ?

Oui. L’alimentation végane répond complètement  aux besoins qu’on a et elle apporte vraiment tout ce qu’il faut. Et dans une société qui se plaint des maladies cardio-vasculaires, de certains types de cancers favorisés justement par notre surconsommation de produits d’origine animale, cette alimentation est la solution et permet de manger équilibré. Et en plus, niveau prix c’est pas plus cher, c’est même moins cher même si ça demande de changer ses habitudes alimentaire. Même les grandes surfaces se sont lancées là dedans. Même les restaurants sont de plus en plus nombreux à proposer des menus végan. Sur notre site, on en référence déjà près de 600. C’est une façon de s’alimenter en pleine explosion. Manger végan même un jour, c’est faire un pas en avant. Personne n’a envie de tuer, de maltraiter des animaux mis à part quelques psychopathes. Et l’effet de cette alimentation a même des bonnes répercussions sur l’environnement, sur la terre. La meilleure stratégie c’est d’arrêter de manger de la viande.

Quand êtes vous devenue végan ?

En fait ça s’est fait en deux grandes étapes. La première quand nous avions 20 ans ans (a ce moment j’étais avec Sébastien, l’autre cofondateur de l’association). A un moment, le morceau de viande qu’on avait dans nos assiettes s’est superposé avec l’animal. On savait, évidemment, que pour avoir ce morceau de viande, un animal était mort mais ce jour là ça a pris une dimension complètement différente parce que  on s’est rendu compte qu’il y avait des civilisations qui vivaient très bien sans consommer d’animaux. Petit à petit, on s’est vraiment rendu compte qu’il y avait une structure structurée, argumentée pour refuser  le spécisme, cette discrimination fondée sur l’espèce. Et par la même occasion, on a commencé à regarder quelles étaient les conditions d’exploitation des animaux…

On est planté dans nos habitudes

Pensez-vous que les choses peuvent changer ?

Et bien, au niveau de l’Etat, le problème c’est qu’il y a des intérêts économiques d’un côté, il y a des filières qui ont un poids important, un lobby important, et qui font pression. Mais il y a aussi une inertie. On est planté dans nos habitudes, les ministres y compris, et c’est difficile de s’en défaire. Pour l’instant aucune mesure n’a été prise. Aujourd’hui, nos dirigeants n’ont pas engager une transition vers un modèle agricole et un un modèle alimentaire différent. Pourtant c’est indispensable.

Sarah C

Publicités

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. article dette dit :

    Bonsoir nos félicitations pour la qualité de votre analyse. Laissez-nous vous présenter les différents axes de campagne de Jean-Louis SCHUK, candidat Les Républicains aux prochaines élections de 2017 pour le Rhône, au travers d’un groupe d’articles politiques. Merci, la section communication de Jean-Louis SCHUK.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s