La Corée du Sud en suspens après l’annonce du départ de sa présidente

Park Geun-hye, présidente de la Corée du Sud a affirmé ce matin qu’elle quitterait la présidence avant la fin de son mandat en 2018. En proie à un mini soulèvement populaire et une opposition de plus en plus agressive, elle l’a annoncé ce matin dans un discours télévisé.

Attending Roundtable Luncheon Hosted by U.S. Chamber of Commerce President Park Geun-hye delivers an address at a luncheon hosted by U.S. Chamber of Commerce, the Federation of Korean Industries, and the Korea-U.S. Business Council at the Willard Hotel on May 8, in Washington D.C. 2013.05.08.(U.S. Estern Time) Cheong Wa Dae Creative Commons
Attending Roundtable Luncheon Hosted by U.S. Chamber of Commerce/ President Park Geun-hye delivers an address at a luncheon hosted by U.S. Chamber of Commerce, the Federation of Korean Industries, and the Korea-U.S. Business Council at the Willard Hotel on May 8, in Washington D.C. 2013.05.08.(U.S. Estern Time) Cheong Wa Dae Creative Commons

Trafic d’influences, détournement de fonds, abus de pouvoir et fraude, voilà les quelques chefs d’inculpation qui ont été émis à l’encontre de Choi Soon-sil, une des amies les plus fidèles de la présidente sud-coréenne. Car si la présidente remet sa presque démission aujourd’hui, c’est bien à cause du « Choigate », entendez son amitié plus que douteuse  avec Mme Soon-sil, une femme d’affaire qui aurait selon la police profité de son amitié de longue date avec la présidente pour s’enrichir personnellement et détourner des fonds. Mise en examen au début du mois de novembre, l’enquête a permis d’assurer que Park Geun-hye a eu une connivence illicite avec son amie et lui a permis d’exercer ses activités criminelles.

« Sur la foi des indices rassemblés à ce stade, nous (…) estimons que la présidente a joué un rôle de collusion dans une partie considérable des activités criminelles impliquant les [trois] personnes »

Un départ sans démission

« Je démissionnerai selon l’agenda et la procédure qui sera décidée par le Parlement »

Dans son discours télévisé, la présidente n’a pas émis l’idée de démissionner, elle a cependant affirmé qu’elle respecterait l’avis du Parlement. De cette façon, elle coupe donc l’herbe sous le pied de ses opposants au parlement qui réfléchissaient déjà à un vote ce vendredi 1er décembre pour entamer une procédure de destitution. Mais elle a tout de même déclaré tout abandonner et souhaiter « que la Corée du sud retrouve le droit chemin après cette confusion », elle fait donc d’une pierre deux coups, en se réhabilitant auprès de la population qui s’était mobilisée en masse pour demander sa démission tout en clamant son innocence en parlant de « confusion ». Vendredi le Parlement devrait voter, mais, après cette déclaration, pas sûr qu’il obtienne les 2/3 des votes pour exiger sa démission.

Jamila Chafii

 *Crédits image à la une: quotesgram.com

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s