Allemagne : Merkel annonce sa candidature à un quatrième mandat

Angela Merkel a annoncé à son parti qu’elle brigait un quatrième mandat de chancelière. En Allemagne la dirigeante est considée comme le dernier rempart face au populisme, illustré par le Brexit et la victoire de Donald Trump.

la-chanceliere-allemande-angela-merkel-a-berlin-le-2-juin-2016_5609049
La chancelière allemande Angela Merkel. Crédits photo afp.com/ODD ANDERSEN

Le 20 novembre, lors d’une réunion à Berlin des dirigeants du mouvement conservateur la CDU, la chancelière allemande Angela Merkel a annoncé sa candidature à un quatrième mandat. Elle a indiqué qu’elle ambitionnait à la fois d’être réélue à la présidence de la CDU lors d’un congrès  début décembre, puis de candidater à nouveau pour la chancellerie lors des prochaines élections législatives, qui se tiendront en septembre ou octobre 2017.

La femme la plus puissante du monde

En poste depuis onze ans, Angela Merkel se trouve au pouvoir plus longtemps que d’autres dirigeants occidentaux. La chancelière allemande a été couronné à plusieurs reprises « personnalité de l’année » et « femme la plus puissante de la planète ». Au sein de son parti elle est estimé comme garante de stabilité et de fiabilité dans une période turbulente.

Agée de 62 ans, cette fille de pasteur a toutes les chances de sortir des législatives avec un nouveau mandat. Selon un sondage, publié le 20 novembre, 55% des Allemands souhaitent qu’Angela Merkel reste en poste, contre 39% d’avis contraires. En gagnant cette élection elle rentrerait dans l’histoire en battant le record au pouvoir en Allemagne du chancelier iconique d’après-guerre Konrad Adenauer (14 ans) et en égalant celui de son propre père en politique, Helmut Kohl (16 ans).

Son leadership affaibli par la montée des extrêmes

Parallèlement, « son pouvoir s’effrite« , nuance l’hebdomadaire Die Zeit. « Elle ne peut pas compter sur l’Europe pour aller de l’avant, elle n’a pas de parti derrière elle et ne jouit pas du soutien franc de la population qu’elle avait encore il y a un an et demi« , juge Die Zeit.

Surtout, son règne est celui qui a vu se développer en Allemagne un parti populiste, concurrençant la CDU. Le parti anti-migrants AfD a enregistré un succès électoral éclatant, en arrivant deuxième lors de l’élection régionale en Mecklembourg-Poméranie occidentale (nord-est), humiliant le parti de la chancelière Angela Merkel, plombée par sa politique d’accueil des réfugiés.

Mais la chancelière garde toutefois des atous maîtres : elle n’a pas de concurrents sérieux dans son camp et reste infiniment plus populaire que ses rivaux sociaux-démocrates.

Anahit Miridjanian avec AFP

Image à la Une : Angela Merkel. Crédits photo Gettyimages

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s