Pourquoi tant de NES ?

Disponible à la vente depuis le 12 novembre, la mini-NES et sa trentaine de jeux rétros permet aux nostalgiques de retourner en enfance, pour la modique somme de 60 euros. Quelle idée Nintendo a-t-il derrière la tête avec ce nouveau retour aux sources ?

nes-classic

Nintendo joue la carte nostalgie en 2016. Après Pokémon Go, sorti l’année des 20 ans de la licence, et ses drôles de petites bêtes que l’on devait attraper dans nos rues, c’est une autre carte « ancien temps » que Nintendo pose sur la table.

La NES, console 8-Bit de la 3ème génération, a des allures de sauveur. Sa 1ère sortie en 1987 a sauvé le monde du Jeu vidéo de l’oubli après le krach de 1983. Elle est notamment le 1er support de sagas mythiques comme Mario ou Zelda, encore figures de proue de Nintendo aujourd’hui. La petite sœur, née près de 30 ans après son aînée, permet à la boîte japonaise de souffler un peu, en attendant la sortie de la Nintendo Switch, courant 2017.

La Mini-NES promet une trentaine de jeux rétros (parmi lesquels Legend Of Zelda, Kirby, Mario), pour un faible coût (60 euros les trente jeux). Même s’ils ne valent pas les jeux actuels (hérésie ! Me diront les puristes), ça vaut quand même le coup. Les anciens (comprenez ceux pour qui la console vaut 400 francs) auront la chance de rejouer aux jeux de leur enfance. Les plus jeunes pourront découvrir les jeux qui ont forgé ceux qu’ils connaissent aujourd’hui.

8811269
La « technique Nintendo ».

Deux (petites) polémiques pour Nintendo

Pour les fervents supporters de la licence à Mario, la pilule est un peu grosse. Depuis des années, Nintendo tend à faire patienter ses fans par des moyens détournés (Rééditions d’anciens jeux, sorties décalées de licences sur Wii U et Nintendo 3DS). Cette Mini-NES, très jolie sur le papier (et dans votre salon) nous éloigne encore un peu plus de la nouvelle console de salon de Nintendo.

Si vous souhaitez trouver cette jolie petite console au pied du sapin, il faudra prendre votre mal en patience. Le succès de la NES dépasse Nintendo. Les ruptures de stock s’amassent, et les sites de vente jubilent. La petite console peut valoir jusqu’à 200 euros sur internet, et la manette 50.

Nintendo assure que les stocks seront réapprovisionnés à temps. Mais ce (nouvel) exemple démontre le retard de Nintendo sur le marché. Incapables de synchroniser plusieurs Gamepads, 3DS lente sur certaines animations 3D, la licence japonaise prouve encore qu’elle fait preuve d’une bonne volonté sans faille. Mais qu’elle est en retard sur ses concurrents. Triste, pour l’un des pionniers du jeu vidéo.

Antoine Reichard

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s